RETOUR

origine et historique

 

1 Origine

Septembre 1993 : Sophie, 21 ans, entre à l'I.R.T.S. de CANTELEU en 1ère année d'éducatrice spécialisée et effectue plusieurs stages de formation.

Décembre 1994 : Sophie, en 2ème année, effectue un stage dans un foyer de femmes : "Association Marie FOUCHER" à CLEON.

Une mère avec ses 4 enfants, séparée de son mari violent, y est abritée depuis 2 ans. Pendant ces années, différentes plaintes sont déposées contre cet ex-mari pour violences et menaces. Cette femme obtient un logement dans ELBEUF.

05 Décembre 1994 : Cette mère est agressée dans la rue par son ex-mari qui lui vole son sac à main. Il est alors possesseur de l'adresse et des clés de l'appartement. elle revient alors s'abriter à l'association.

Sophie est chargée de l'accompagner à la police pour la plainte et ensuite de "récupérer" les enfants aux sorties des écoles.

07 Décembre 1994 : La responsable de l'association charge Sophie d'accompagner cette femme à l'appartement pour récupérer quelques affaires. Sophie sachant l'ex-mari très violent, demande la protection de la police, qui se déplace, visite l'appartement et repart en conseillant comme moyen de protection de mettre une chaise derrière la porte !...

Environ 10 minutes après le départ de la police, l'ex-mari tambourine à la porte.

Sophie téléphone à la police. Le mari s'énerve, commence à tirer dans la porte avec un fusil armé de cartouches pour gros gibier .

Pendant ce temps, les policiers repassent par le poste de police car ils ne sont pas équipés de gilets pare-balles... ils arrivent... l'homme tire dans leur direction... ils retournent au camion mettre les gilets pare-balles... l'homme tire à nouveau dans la porte, qui cède... il entre... tire à nouveau dans l'appartement.

Les deux femmes n'ont qu'une issue, la fenêtre.

Sophie, agrippée au rebord lache prise et tombe 3 étages plus bas... la femme suit dans la chute... Sophie est morte; la femme gravement blessée.

L'homme se barricade dans l'appartement, se rend quelques heures plus tard. Il est condamné (4 ans après) à 12 ans de réclusion.

Sophie a été utilisée dans une situation très difficile. Elle n'a pas su, donc n'a pas pu négocier cette situation.

 

Une personne de métier, forte d'une formation complète avait forcément plus de chances de désamorcer le drame qui s'est joué. 

Ce drame est toujours vécu au présent par les parents de Sophie, mais aussi par un certain nombre d'habitants de Petit Couronne, commune où la jeune fille a grandi. 

Des citoyens concernés ont décidé de s'organiser pour " soutenir la famille mais aussi aider à établir les responsabilités et dialoguer avec les travailleurs sociaux". L'association "SOPHIE" est née. 

 

2 Historique 

  Après analyse de l’origine du drame qui a coûté la vie à une stagiaire en 2ème année, après consultation des femmes et hommes de terrain, après avis des organisations syndicales et professionnelles, en particulier l’ANAS, la CFDT, la CGT, il est apparu qu’il fallait mettre un coup d’arrêt aux conditions inadmissibles et aberrantes dans lesquelles s’effectuaient trop souvent les stages :

  • aucune information sur les conditions de sécurité liées à l’exercice d’une activité ou l’utilisation de locaux.
  • utilisation du stagiaire comme effectif d’appoint pour pallier les absences de titulaires.
  • aucune analyse collective ou particulière des dispositions à prendre dans une situation déterminée.
  • aucun suivi formalisé du stage.
  • absence de liens entre le formateur de terrain et l’établissement de formation.
  • une inadmissible conspiration du silence devant les actes violents.
  • une absence quasi totale dans les conventions de l’expression des droits du stagiaire et de sa protection.  

Quelques dates :  

  • Avril 1996 publication de la Charte du stagiaire travailleur social
  • Janvier 1998 adoption de la charte par le CHSCT du Conseil Général de Seine Maritime
  • Janvier 2000 présentation de la charte à une délégation du Conseil Supérieur du Travail Social, conduite par son Vice Président
  • Mars 2000 décision d’application de la charte par le Président du Conseil Général de Seine Maritime
  • Décembre 2000 modification des statuts : qui permet à l’association de se porter partie civile pour une victime stagiaire.
  • 2001 Publication du rapport intermédiaire du CSTS qui confirme notre constat.
  • Avril 2002 Publication de la convention type qui se réfère aux préconisations du CSTS.
  • Juin 2002 Publication du rapport du CSTS. qui, à notre connaissance ne fait l'objet d'aucun début d'application.